Lettre ouverte suite à la disparition de l’ARIAM Ile-de-France

Publié le 18 janvier 2017 | , ,

Lettre ouverte

A l’attention de Madame Valérie PÉCRESSE,
Présidente du Conseil Régional d’Île-de-France, Valérie Pécresse

Paris, le 17 janvier 2017

Madame la Présidente,

Nous venons d’apprendre la disparition programmée de l’ARIAM, après celle du Festival d’Ile de France. Nous ne remettons aucunement en cause la souveraineté des choix politiques des élus de la Région. En revanche, nous cherchons à comprendre les motifs qui ont présidé à ces décisions prises au nom de l’ensemble des élus du Conseil Régional, et nous regrettons la brutalité de leur notification et l’absence de choix alternatif.

Nos organisations dénoncent la violence de cette décision politique, qui fait disparaître une association dont le travail d’animation et de convergence de tous les professionnels est reconnu unanimement. Les nombreuses actions de l’Ariam en matière de mutualisation de compétences et de ressources, d’accompagnement des artistes et des porteurs de projet sont le fruit de nombreuses années de collaboration. Nous voulons rappeler notre attachement à la continuité de ces missions, et à la pérennité des compétences et savoir-faire acquis au fil des ans.

La méthode que vos services ont mis en œuvre, sans concertation ni préparation, identique à celle qui a conduit à la disparition annoncée du Festival d’Ile de France, pose la question de la responsabilité du Conseil Régional dans ces choix qui déstabilisent le milieu professionnel et fragilisent l’emploi culturel au sein des structures concernées comme sur l’ensemble du territoire régional.

Face aux difficultés sociales que traverse le pays, aux replis identitaires, aux fractures et aux violences que subit la société aujourd’hui, éliminer aussi brutalement des structures qui travaillent dans le champ de la diffusion et la transmission musicale et culturelle, ouvertes sur la diversité, la création et l’éducation notamment envers les jeunes générations est totalement incompréhensible.

L’ensemble du secteur musical a besoin de comprendre ces décisions et plus largement les choix de politique culturelle de la Région Île-de-France qui se traduisent aujourd’hui par la disparition assumée d’institutions et de structures qui ont prouvé depuis de nombreuses années leur utilité publique et culturelle, tant au service des professionnels que du grand public. La question est de savoir notamment quels projets de politique musicale va développer la Région pour pallier la suppression de deux acteurs majeurs de la musique sur le territoire francilien.

Dans l’attente de vous rencontrer pour ouvrir un débat constructif sur ce dernier point, nous vous prions de croire, Madame la Présidente, en l’expression de notre haute considération.

AFO, Association Française des Orchestres
La FEVIS, Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés
France Festivals, Fédération française des festivals de musique et du spectacle vivant
Futurs Composés, Réseau national de la création musicale
Grands Formats, Fédération des grands ensembles de jazz et musiques improvisées
Zone Franche, Le Réseau des musiques du monde
Les Forces Musicales, Syndicat professionnel – opéra et orchestres réunis
Profedim, Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique
SNSP, Le Syndicat National des Scènes Publiques

Copie à :
Mme Agnès Evren, Vice-Présidente en charge de l’éducation et de la culture, Région Île-de-France
Mme Muriel Genthon, Directrice du service culture, Région Île-de-France
Mme Hamida Rezeg, Conseillère Régionale d’Ile-de-France, Présidente Commission Culture