Communiqué – Réaction de PROFEDIM à l’élargissement de dispositifs du CNM aux musiques de patrimoine et de création

Publié le 30 novembre 2020

Suite à un effort budgétaire supplémentaire du ministère de la Culture, le Conseil d’administration du Centre National de la Musique a voté, le 16 novembre, l’adaptation de deux dispositifs et la création d’une nouvelle aide, qui seront tous trois ouverts aux acteurs des musiques de patrimoine et de création, quel que soit leur statut juridique.

L’éligibilité de l’ensemble des structures musicales au fonds de sauvegarde est essentielle pour le maintien économique de la plus grande diversité des acteurs.
Le fonds de compensation des pertes de billetteries permettra de soutenir les structures de diffusion et d’encourager l’indemnisation des équipes artistiques.
Enfin, le fonds pour la diffusion « post-covid » permettra de soutenir la diffusion alternative, notamment les représentations à huis-clos et les captations.

PROFEDIM se réjouit de ces mesures qui pourront bénéficier, nous l’espérons, à nombre de ses adhérents. Nous saluons la réactivité du Centre National de la Musique et la qualité du travail effectué en commun à cette occasion.

PROFEDIM appelle donc les organisateurs de concerts à la plus grande solidarité envers les équipes artistiques, en assurant l’accès au plateau pour maintenir des espaces et des temps de travail et en indemnisant pleinement les concerts annulés, ce que permet désormais sans conteste le fonds de compensation des pertes en billetteries.

L’effort conjoncturel et conjoint du ministère de la Culture et du Centre National de la Musique ne doit pas remettre en cause les financements structurels ni ceux du plan de relance du ministère de la Culture, pour lesquels PROFEDIM a d’ores et déjà fait plusieurs propositions, en accord avec la FEVIS : les crédits structurels et de relance doivent être fléchés prioritairement sur l’aide structurelle aux équipes artistiques et une politique ambitieuse de résidences artistiques.
Nous souhaitons également un soutien aux festivals en 2021, alors que s’effondrent les sources de financement – ressources propres, mécénat, apports en coproductions ou encore aides issues des organismes de gestion collective (Spedidam, Adami et Sacem) – et avant que soient mises en place les conclusions des États Généraux des festivals à venir.

PROFEDIM s’interroge sur la clarté des politiques mises en oeuvre et restera extrêmement attentif à une juste répartition de ces crédits entre Centre National de la Musique et les DRAC d’une part, mais aussi entre les DRAC elles-mêmes.

La déconcentration permet une adaptation aux réalités de terrain et elle nécessite, de la part de la DGCA, une extrême vigilance quant à l’équité de cette répartition.

> Téléchargez le communiqué complet

| , , ,