Communiqué – PROFEDIM signifie son soutien à l’occupation de l’Odéon

Publié le 8 mars 2021 | , ,

8 mars 2021

Depuis jeudi 4 mars, des artistes et techniciens, à l’appel notamment de la CGT-spectacle, occupent l’Odéon – Théâtre de l’Europe à Paris dans le cadre des mobilisations du monde de la culture auxquelles notre organisation patronale s’est pleinement associée.

PROFEDIM tient à signifier son soutien plein et entier à cette action, ainsi que son adhésion à l’ensemble des revendications associées que nous partageons entièrement :

  • la réouverture immédiate des lieux de culture, associée à un protocole sanitaire responsable et adapté tel que les professionnels l’ont toujours mis en œuvre depuis le début de la crise,
  • l’organisation prochaine d’un Conseil National des Professions du Spectacle co-présidé par la ministre de la Culture et le Premier ministre,
  • la prolongation de l’année blanche pour les intermittents du spectacle, ainsi que des solutions similaires pour les précaires, extra et saisonniers qui subissent les conséquences de la crise de la même manière,
  • l’abaissement du seuil d’accès à l’assurance-chômage pour les annexes 8 et 10, notamment pour les primo-entrants ou pour les allocataires qui n’auront pas pu atteindre les 507 heures en raison de l’effondrement du volume d’emploi,
  • des réponses concrètes à la difficulté rencontrée par de nombreux intermittents et intermittentes du spectacle ou auteurs et autrices à accéder aux droits essentiels que sont les congés maternité et maladie,
  • la garantie des droits sociaux pour tous les acteurs de la culture en matière de formation, retraite, santé au travail, congés spectacles et le refinancement des organismes sociaux du secteur qui en ont la charge,
  • la mise en place d’un plan pour l’emploi facilement mobilisable, en concertation avec les organisations professionnelles et syndicales représentatives du secteur. Parce que la logique de ruissellement n’a pas eu les effets escomptés, ce plan pour l’emploi demandés par les salariés comme par les employeurs de la culture, contribuera à restaurer des droits, à alimenter les organismes sociaux et permettra d’envisager la continuité des métiers et des missions de chacun,
  • enfin, le retrait de la réforme d’assurance-chômage, qui va affecter l’ensemble des allocataires dès l’été 2021, dans un contexte social déjà d’une grande fragilité.

Le rôle conjoint des employeurs et des salariés du secteur culturel est de permettre la rencontre des œuvres, des artistes et des publics, et, qui plus est dans le secteur subventionné, dans une logique d’intérêt général.

Ces demandes ne relèvent en aucun cas du corporatisme : elles sont cruciales pour l’ensemble de notre société dont la fragilisation sociale et psychologique n’est plus à prouver.

Depuis plusieurs mois, nous sommes sans réponse à des questions maintes fois réitérées, c’est pourquoi nous appelons le ministère de la Culture et le Premier ministre à la reprise immédiate d’un dialogue véritable, apaisé et constructif sur l’ensemble de ces points. La culture est essentielle. Le public en est privé depuis trop longtemps.