Communiqué – Jean Castex et Roselyne Bachelot-Narquin ont reçu hier après-midi les représentants du Spectacle Vivant.

Jean Castex, Premier ministre et Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture ont reçu hier après-midi les représentants du Spectacle Vivant. Cette rencontre fait suite à l’annonce d’un plan de relance de 2 Milliards d’euros pour la Culture faite par M. Castex le 26 août dernier.

Notre organisation prend acte et se réjouit de l’attention portée à notre secteur par la rue de Valois et Matignon ainsi que des moyens qui lui sont promis. Les premiers actes posés lors de cette rencontre marquent un soutien de l’État à notre secteur de manière durable, permettant d’aborder les mois à venir de manière plus confiante.

Ce rendez-vous a permis à PROFEDIM, à l’USEP-SV et plus largement aux organisations du spectacle vivant d’exprimer leurs attentes pour le secteur, dans un contexte où le spectacle vivant est toujours au cœur de la crise sanitaire, sociale, économique et culturelle.

Parmi les demandes et points de vigilance que nous avons exprimés, figurent :

  • les conditions de la reprise de notre activité avec le nécessaire maintien des mesures d’urgence, urgences qui continuent à se conjuguer au présent. Nos entreprises font toujours face à des difficultés économiques liées aux importants restes à charge et diminutions de recettes, alors qu’elles s’autofinancent en moyenne à 60% ; 
  • sur le volet des conditions sanitaires, un cadre réglementaire clair et adapté à nos pratiques, notamment pour ce qui relève de la scène, doit être commun à l’ensemble du champ culturel sur l’ensemble du territoire ;
  • une précision du périmètre et de l’affectation du plan de relance pour 2020 et 2021. PROFEDIM défend comme priorité le soutien à la création et au maintien de la diversité artistique, cette dernière étant particulièrement entravée par l’adaptation des productions dans le contexte de la COVID. La question de l’emploi est également centrale, alors que les volumes d’emploi sont encore au plus faible et que les fréquentations par le public restent fragiles.

Notre organisation appelle également à une vigilance particulière sur la question des festivals. Sur ce sujet comme sur l’ensemble de la dynamique culturelle qui doit être réimpulsée, une concertation solide et pérenne doit être pensée avec les collectivités territoriales.

PROFEDIM a également porté sa préoccupation de l’international (aussi bien le rayonnement des œuvres et des artistes français à l’international que l’accueil de nombreux artistes étrangers en France). Les risques de quatorzaine, l’absence de lisibilité sur la circulation mettent en péril la diversité des projets et les équilibres économiques de nos structures qui font plus de 20% de leur activité à l’étranger.

Notre organisation se met à la disposition des pouvoirs publics pour proposer et construire un avenir durable pour le secteur musical et remercie chaleureusement le Premier ministre et la ministre de la Culture de leur invitation et de leur écoute.

Télécharger le communiqué complet ICI